[Podcast épisode 3] 15 astuces d’un pro pour sélectionner un photographe d’hôtel

Ceci est une transcription automatique de l’épisode 3 du Podcast “10 min pour un hôtelier”. Pour écouter celui-ci, cliquer ici

Aujourd’hui, nous allons parler de quinze astuces données par un pro pour sélectionner un photographe d’hôtel. J’ai choisi ce sujet car les photos sont l’élément central de votre stratégie de communication. Et, à de nombreuses reprises, j’ai vu des hôteliers vouloir économiser quelques centaines d’euros ou se tromper dans le choix d’un bon photographe, ce qui a eu pour résultat de nuire fortement à toute leur stratégie de communication.

Quelle est la différence entre un photographe pro et un photographe amateur ? 

Un photographe amateur est quelqu’un qui aime la photo et qui photographie ce qui lui fait plaisir. Il peut être extrêmement bon ; cela n’en fait pas un photographe pro de l’hôtellerie.

Il faut bien comprendre que la photographie est un art qui peut demander des années à être maîtrisé. La photo d’hôtel, c’est quelque chose de très spécifique. Ce n’est pas juste de la photo, ce n’est pas juste de la photo artistique ou de la belle photo. La photo d’hôtel a tout un tas de contraintes qui lui sont propres et qu’il faut connaître. Et quand on cherche des photos ayant pour but de vendre vos chambres en direct, c’est un art encore plus spécifique. 

La différence entre un photographe pro et un photographe amateur est que le photographe pro shoote des hôtels depuis des années et des années. Il est arrivé à l’apogée de son art et saura vendre votre hôtel via des visuels parfaits.

Je ne vais bien sûr pas vous expliquer comment apprendre à faire des photos. Je vais prendre un angle totalement différent, en vous aidant à trouver le photographe parfait pour votre hôtel. 

Et pour m’aider sur certains points techniques, j’ai demandé au fondateur My Hotel Photographer (David Emmanuel Cohen) de répondre à quelques questions sur le sujet. On est parti !

  • Bien évidemment le visuel. Vous devez être sensible à sa patte artistique. Mais attention ! Au même titre que pour votre USP (voir l’épisode précédent), ce n’est pas votre avis qui compte le plus, mais celui de vos clients et vos futurs clients. C’est souvent une erreur que j’ai vue et que David a vue lorsque des hôteliers sélectionnent un photographe.  Ils regardent les photos qui leur parlent le plus. Alors qu’en réalité, la photo est un élément marketing. Leur but n’est absolument pas de vendre votre hôtel ; or, on doit le vendre à vos clients. 
  • Le fait qu’un photographe ait déjà photographié un hôtel comme le vôtre ne devrait pas entrer en ligne de compte. Un bon photographe hôtelier est comme un bon acteur : il est capable de jouer dans une comédie, un film d’action, un film d’amour, un drame, etc. C’est la même chose pour un photographe. Donc, ce n’est pas un point qui est intéressant. 
  • Ce qui est intéressant, par contre, est qu’il connaisse les codes de l’hôtellerie. Et justement, le troisième point est de choisir un spécialiste de l’hôtellerie. Un photographe de mariages ou d’immobilier n’aura pas le même savoir qu’un spécialiste hôtelier. Croyez-moi, après avoir supervisé la création de plus de 500 sites d’hôtels, je peux réellement vous promettre que j’ai absolument TOUT vu en matière de photos. Un bon exemple est l’exemple du médecin généraliste. Il peut être le meilleur médecin du monde ; on ne va pas lui demander de faire une opération à cœur ouvert (C’est une opération qui implique l’ouverture du thorax par découpe du sternum). Le médecin généraliste est un médecin généraliste. Ce n’est pas un chirurgien spécialisé du cœur, des nerfs ou du cerveau. En médecine, vous avez des domaines spécifiques. C’est la même chose avec un photographe. 
  • Avant d’appeler votre photographe, vous devez impérativement avoir localisé votre USP et le problème qu’elle résout. Je vous invite à nouveau à écouter l’épisode précédent, si vous ne l’avez pas fait. Il est en fait capital d’harmoniser tout votre marketing autour d’un seul message. Donc, vous allez devoir transmettre cette USP à votre photographe pour que lui-même trouve des moyens intelligents de communiquer cette USP via vos photos. S’il est incapable de faire cet exercice ou de vous présenter ses idées, avant d’avoir signé avec vous, passez votre chemin. Ça veut dire qu’il n’a pas l’habitude de faire de l’hôtellerie et pas l’habitude de faire de l’hôtellerie dans le but de vendre un hôtel. 
  • En des termes hôteliers, regardez s’ il comprend ce dont vous parlez ou pas. Et là, vous allez tout de suite voir si c’est un professionnel de l’hôtellerie ou pas.
  • Posez-lui les quelques questions techniques suivantes :
    • Quel appareil photo utilise-t-il, par exemple, même si vous n’y connaissez rien ? Sa rapidité de réponse vous démontrera à quel point il est pro et s’il a une bonne connaissance de ses propres outils. 
    • Est-ce qu’il travaille avec un trépied ? Si la réponse est non, vous passez votre chemin. C’est une façon de travailler qui est presque impérative dans l’hôtellerie, de prendre des photos sur trépied. 
    • En combien de formats est-ce qu’il va vous livrer ses photos ? Si vous n’avez pas des formats petits, moyens, HD, donc haute définition, vous allez devoir vous-même vous amuser à modifier vos photos pour les adapter à chaque format de chaque backoffice (Booking, Twitter, votre site, etc.) Essayez de prendre un photographe qui va vous livrer ça en un maximum de formats.
  • Plus classique mais toujours important : demandez le temps nécessaire pour shooter l’hôtel et les temps de livraison estimés. Juste pour rappel – et c’est particulièrement vrai pour ceux d’entre vous qui sont en train d’ouvrir un hôtel : vos photos seront l’élément le plus important de toute votre commercialisation. Donc, vous ne pouvez pas vous permettre des photos de basse qualité en attendant le résultat de son travail. Ce que vous allez mettre sur Internet doit être absolument parfait. 
  • Demandez au photographe s’il sait comment faire un lit ? On parle ici de faire un lit avec la même qualité que ce que feraient vos femmes de chambre ou vos gouvernantes. Parce que si jamais il ne sait pas le faire, il va falloir penser à débloquer du personnel pour le suivre pendant le shooting, pour que les lits soient parfaits et que les chambres soient absolument nickel.
  • Petit point ici qui nécessite toute votre attention : ne prenez pas une diva qui veut vous imposer son style parce que “Monsieur est un artiste”. C’est très bien l’artistique, il n’y a pas de souci, mais pas dans le domaine du marketing. Une exception à cela : si son style artistique correspond parfaitement à votre USP. Un bon exemple serait celui d’un hôtel extrêmement tendance, connu pour son ton totalement décalé. Ici, avoir un photographe artistique qui va faire des photos décalées a du sens parce que ça va avec le style de l’hôtel. 

Lorsque vous n’aurez plus qu’un ou deux candidats sur votre liste, vous allez commencer à parler plus en détail du photoshoot et du prix. Vous devrez alors lui reparler de votre USP (et trouver ensemble des idées de photos pour la mettre en avant). C’est capital pour assurer l’harmonie de votre communication. 

Dites-lui précisément ce que vous attendez des images, à quoi elles vont servir : 

  • Est-ce que vous avez fait des rénovations ?
  • Est-ce que vous devez simplement changer ces photos sur vos OTA ? 
  • Est-ce que vous n’aimiez pas le précédent shooting qui avait été fait ? Si c’est le cas précis, donnez des raisons extrêmement précises. Trop sombre, trop petit. Ne rentrez surtout pas dans l’émotionnel du type “Elles ne me plaisent pas” ou “Elles ne sont pas belles”, ça ne veut rien dire et ça n’aidera pas votre photographe. Donnez-lui des spécifiques et montrant celles-ci sur vos anciennes photos

Petite aparté, mais vous ne devez surtout pas oublier de lui demander une feuille de cession de droits pour toutes les personnes qui seraient photographiées dans votre établissement. Sans cela, les figurants présents sur les photos pourraient vous demander des droits d’auteur. 

Pour le devis, vous devez lui fournir un cahier des charges extrêmement précis. Une photo, ça ne vaut pas le même prix si c’est une simple vue de paysage ou s’il y a une énorme mise en place qui est nécessaire.

Essayez d’éviter au maximum les forfaits à la journée ou à l’heure. Préférez les forfaits à l’image parce qu’après tout, un photographe extrêmement talentueux devrait pouvoir vous faire une photo magnifique 4 à 5 fois plus rapidement qu’un amateur. Le temps, ça ne veut rien dire en termes de compétences. 

Et le dernier point : c’est mon point que je voulais vous communiquer et que j’estime être le plus important. Ne faites jamais, jamais, jamais (3 fois jamais) d’économies sur vos photos. Comme je vous ai dit dans ce podcast, les photos sont l’élément numéro un qui va attirer vos clients. Elles vont être utilisées pour :

  • Promouvoir votre hôtel sur les OTA
  • Créer votre site web
  • Faire des e-mailings
  • Faire des brochures papiers
  • Publier des posts sur les réseaux sociaux (particulièrement Instagram)
  • Dans les signatures de vos mails
  • Etc.

Vouloir économiser sur ce point serait une perte sèche d’argent pour vous. Vous devez impérativement avoir une qualité parfaite. 

Si je devais choisir entre un site magnifique ou un photoshoot parfait, je choisirais sans aucun remord le photoshoot. Car le site, aussi beau soit-il, ne vous rapportera aucune réservation si les clients ne sont pas convaincus par vos photos en vous découvrant sur Booking, Google ou autres. L’inverse n’est bien sûr pas vrai. Un site horrible vous empêcherait probablement d’avoir des réservations en direct, mais vous auriez AU MOINS beaucoup de résa grâce à vos photos via les OTA.


Vous aimez le Podcast et souhaitez le soutenir ? C’est ici que ça se passe

Leave a Comment